Projet L’héritage de la Réforme
Lire et relire la Réforme, 500 ans après

      Qu’est-ce qui a été la Réforme au XVI siècle? Comment a-t-elle été lue au cours des siècles? Que nous dit-elle encore aujourd’hui, au XXI siècle? Voilà les trois perspectives du projet de recherche historico-religieuse. “ Lire et relire la Réforme, 500 ans après”, veut aborder, pour stimuler une plus grande compréhension non seulement des dynamiques historiques et religieuses qui ont été réalisées au XVI siècle, mais aussi voir comment ces dynamiques sont devenues patrimoine commun, aujourd’hui, moyennant  des opérations parfois soumises à des lectures idéologiques et confessionnelles, qui ont produit la cristalisation de certains aspects et l’obscurcissement d’autres.

    Il s’agit, de la sorte, d’arriver à une compréhension de la Réforme qui nous permette d’abandonner, définitivement, les lectures et les interprétations simplistes, pour racheter les richesses théologiques et un héritage spirituel et culturel qui représente plus que jamais un legs nécessaire pour une meilleure mémoire historique et pour la construction d’une société globale fondée sur des valeurs humaines.

 

      Le projet sera articulé en trois étapes d’étude et d’ investigation:

 

a) comment la Réforme s’est-elle déroulée au XVI siècle par rapport à la rencontre et à la confrontation de propositions de réformes religieuses et sociales. Revisiter cet univers, déjà bien étudié, nous semble opportun, à l’occasion du 500ème anniversaire, pour une meilleure compréhension. Nous présenterons à nouveau des figures telles que:  Martinho Lutero (1483-1546), Felipe Melanchton (1497-1560), Ulrico Zwingli (1484-1531), João Calvino (1509-1560), Matias Flaccio Ilíria (1520-1575), Juan de Valdes (1505-1541), Miguel Servet (1511-1553), Reginald Pole (1500-1558), Fausto Socino (1539-1604) e Menno Simons (1496-1561); certains endroits comme: Wittenberg, Genebra, Basileia, Lucca, Munique, Trento e Veneza, Et encore, quelques textes tels que “ la “ Confession d’Augsburg” (1530), les “Institutions de la religion chrétienne” (1536), les “Sept dialogues” (1540), “Le bénéfice du Christ” (1543) et les “Trente neuf articles de foi” (1562), pour en citer quelques uns;


b) la façon dont la Réforme a été lue, relue et interpretée au long des siècles, avec une multiplicité d’interventions qui ont dépassé le champ de la réflexion théologique strictement parlant. En fonction de sa signfication religieuse et culturelle, il semble instigant de chercher la façon don’t la Réforme au XVI siècle a été lue, au long de l’histoire,  par les hommes et les femmes tels que: Voltaire (1694-1778), Denis Diderot (1713-1784), Friedrich Engels (1820-1895), Giuseppe Garibaldi (1807-1882), Helder Camara (1909-1999) et Jean Paul II (1920-2005), pour citer quelques exemples. Dans cette perspective, il y a un intérêt particulier à la relecture de la Réforme par les générations de réformés qui se sont suivis, avec l’accent sur des anciens éléments et  l’introduction de nouveaux, y inclus les contributions des communautés pentecotales et néopentecotales des derniers 150 ans.  Pour une plus grande compréhension de cette lecture, on pourrait approfondir la manière comment, dans l’univers de la Réforme, sont proposées à nouveau des figures du passé comme: Aristóteles, Cícero, Constantin, Augustin, Benoît, François, Pedro Waldo, João Wycliffe, Jan Hus e Savonarola, pour mieux saisir la façon dont il sont arrivés à la culture contemporaine;

 
c) ce que dit la Réforme, au XXI siècle, spécialement sur certaines questions, comme la liberté religieuse, l’autorité de la Bible, la dialéctique Réforme-Révolution, la relation entre les multiples lectures de la Réforme et le mouvement oecuménique contemporain, les propositions éthiques de la Réforme dans la société contemporaine. Ces thèmes sont des éléments essentiels pour la vie quotidienne, non seulement des communautés chrétiennes, mais pour le débat sur la reconsidération d’une société dans laquelle le renforcement de la dimension interreligieuse et interculuturelle ne peut être réalisée que dans la pleine compréhension de la pluralité d’identités qui sont part du patrimoine théologique et culturel de la Réforme au XVI siècle et de son héritage.

 

    Le projet, qui se prétend une occasion de coopération scientifique entre institutions académiques de plusieurs pays, aussi bien qu’entre des chercheurs individuels, devra produire:

1. Un portail où seront mises des informations sur le progrès et les résultats de la recherche, avec un espace pour la discussion et le débat.
2. Deux conférences doivent avoir lieu, pendant l’année 2017, afin d’approfondir les trois points du projet; elles seront réalisées dans deux locaux divers, par deux entités directement impliquées dans le projet (en Italie, au mois de février, et au Brésil, en octobre/novembre).
3. La publication d’une collection e-books, avec des études et des recherches associés au projet.

    Précisément à cause du caractère interdisciplinaire, interconfessionel et international du Projet, il suppose la constitution d’un Comité scientifique, composé par des chercheurs indiqués par les Institutions, directement  impliqué  dans la recherche et dans l’obtention des ressources intellectuelles et économiques nécessaires pour l’accomplir.

Traduction: Maria Aparecida Rodrigues Abrão

EVENTOS / EVENTI

Coleção de E-Books
Herança da Reforma / ​
Eredità della Riforma
2016-2018
Colloquio internazionale
Rileggere la Riforma
Firenze, 20-22 febbraio 2017
Congresso internacional
Atualidade da Reforma
Recife, 8-10 de novembro de 2017

© 2016 por LCLM. Criado com Wix.com